Archives de catégorie : Troisième

Portraits de poilus : les frères Groseille de Montauban de Bretagne

Dans le cadre du Centenaire de 1914-1918, la commune expose les portraits d’une trentaine de soldats montalbanais morts pour la France. Voici celui des frères Groseille, morts à six mois d’intervalle.

Issus d’une famille modeste de Montauban, Louis et Pierre Groseille sont des frères qu’une dizaine d’années séparent. Lorsque la guerre éclate, Louis a 32 ans. Charpentier, il est marié depuis trois ans et père de deux petites filles.

Son frère Pierre a 20 ans et fait partie des premiers à partir au front puisqu’il est déjà sous les drapeaux pour son service militaire. Parti de Granville (Manche) le 7 août avec le 2e régiment d’infanterie, Pierre arrive dans les Ardennes après deux jours de voyage en train. Le 22 août, il participe à la terrible bataille de Charleroi en Belgique. Après la retraite, son régiment se retrouve dans l’Oise pour la bataille de Guise. Puis c’est La Marne, qu’il atteint au bout de six jours de marches forcées.

À quelques kilomètres l’un de l’autre

Au même moment, Louis part à son tour avec le 136e régiment d’infanterie. Il rejoint la région d’Arras (Pas-de-Calais) pour y construire des tranchées et assurer la défense de la ville.

Après plusieurs combats dans la région de Reims courant septembre, Pierre rejoint également Arras. Les deux frères savent-ils alors qu’ils se trouvent à quelques kilomètres l’un de l’autre ? Les combats qui font rage leur laissent-ils le temps de se voir ?

« Tombé glorieusement »

Le 2 octobre, Pierre fête son 21e anniversaire. Dix jours plus tard, il est « porté disparu ».

Si la nouvelle atteint Louis, elle sera suivie d’une annonce plus tragique encore : début novembre, ses deux petites filles s’éteignent à cinq jours d’intervalle, probablement victimes d’une épidémie. On imagine la douleur et l’abattement qui gagnent alors le soldat.

Après un terrible hiver dans les tranchées, Louis Groseille se trouve dans le secteur de Roclincourt (Pas-de-Calais) lorsque les combats reprennent. Le 30 mai 1915, il est « tué à l’ennemi » lors d’une attaque qui fera 74 tués, 261 blessés et 180 disparus au sein de son seul régiment.

La médaille militaire et la croix de guerre pour Louis

En mai 1921, six ans après sa mort, Louis recevra la Croix de guerre avec étoile d’argent et la Médaille militaire accompagnées de la citation suivante : « Brave soldat, tombé glorieusement pour la France en s’élançant crânement à l’attaque des positions allemandes puissamment organisées. »

Le nom de Pierre toujours pas écrit sur le monument aux morts

Le décès de Pierre, porté disparu, ne sera lui officialisé qu’en avril 1922. Ce qui explique peut-être l’absence de son nom sur le monument aux morts. Cet « oubli » sera réparé le 11 novembre et le nom de Pierre (ainsi que celui de 19 autres soldats) sera gravé aux côtés de celui de son frère Louis et dévoilé lors des commémorations.

dnb pondichéry 2018

Brevet 2018 : les sujets du DNB tombés à Pondichéry

Les élèves du collège-lycée français de Pondichéry (Inde), ont planché les 3 et 4 mai 2018 sur les épreuves du DNB (diplôme national du brevet). Même si les sujets qui tomberont en juin seront différents, ceux de Pondichéry donnent une idée de ce qui vous attend le jour J. Exercez-vous à y répondre en vous plaçant dans les conditions réelles d’examen : un moyen efficace de vous préparer à l’épreuve finale.

À vous de jouer !

Le sujet d’Histoire Géo EMC :

Pondi_DNB_HG

La correction du sujet d’Histoire Géo EMC :

e0fec8a46c462bdf9d866188d37ca8d8-histoire-geo-emc-brevet-pondichery-2018

Les régimes totalitaires soviétique et nazi

Plusieurs éléments font de l’URSS et de l’Allemagne nazie, des régimes totalitaires :

1 seul chef

Staline

Hitler

1 seul parti politique

Parti Communiste

Parti Nazi

Des emblèmes forts

Marteau/faucille

Croix gammée/aigle

Répartition des pouvoirs

Pleins pouvoirs (dès 1924)

Pleins pouvoirs (mars 1933)

Doctrine

(ensemble d’idées)

Communiste : dénonce l’exploitation des ouvriers et des paysans par la bourgeoisie et prône l’égalité des classes et la révolution pour y parvenir.

Nazie :

Ein volk (un peuple, une race supérieure, les Aryens)

Ein Reich (un empire, assez vaste pour répondre aux besoins d’espace vital)

Ein Führer (un guide tout puissant)

Mein Kampf = mon combat

Contrôle des moyens d’expression

Oui : censure, un seul journal autorisé : la Pravda

Oui : censure, autodafé

Contrôle de la population

Encadrée, surveillée, terrorisée

+ embrigadée : Komsomols

Encadrée, surveillée, terrorisée

+ embrigadée : jeunesses hitlériennes

Moyen de contrôle

(Police politique)

Répression

Oui : NKVD

Oui : goulag

Elimination des personnes potentiellement gênantes : Grands Procès de Moscou.

Oui : Gestapo (mais aussi SA puis SS)

Oui : camps de concentration

Culte de la personnalité

Oui : propagande montrant systématiquement Staline comme le meilleur des chefs

Oui : idem pour Hitler

économie

Sous contrôle complet de l’Etat, industrialisation basée sur les industries lourdes (acier) et biens d’équipement.

Collectivisation de l’industrie et de l’agriculture. (Kolkhozes)

Planification des productions industrielles sur 5 ans. (plan quinquennal)

Reconversion de l’économie au service de la préparation à la guerre en moins de 4 ans.

Fermeture des frontières et développement des produits de substitution.

Etat raciste

Élimination systématique des opposants sans distinction raciste.

Mise à l’écart des non Aryens : juifs premiers visés (peur de souiller la race supérieure) = Lois de Nuremberg de 1935. Persécutions des juifs

Les repères en Histoire pour le DNB

Les repères d’Histoire de la 6ème à la 3ème : 

 

  • Signification des repères de 6ème :

  • A partir de -10 000, la sédentarisation et les débuts de l’agriculture  = les hommes tentent de dominer la nature et de la transformer pour mieux l’utiliser. Ils deviennent producteurs.
  • Durant le IIIème millénaire avant JC – Premières civilisations  = Apparition des premières civilisations en Mésopotamie et en Égypte, dans la région du  » croissant fertile « . Elles se caractérisent par l’utilisation de l’écriture (vers – 3500), l’existence d’un État et de croyances polythéistes.
  • Au VIIIème siècle avant JC   – Homère (poète) = Auteur grec de l’Iliade et de l’Odyssée. Ces œuvres témoignent des croyances des Grecs                                                                  – Fondation de RomeFondation légendaire par Romulus au bord du Tibre et de 7 collines.

  • Du VIIIème siècle AV JC au début de notre ère – Rédaction de la BibleLes hébreux commencent la rédaction des livres qui forment la Bible. La Bible hébraïque raconte l’histoire des hébreux qui vivaient en Palestine. Elle constitue le livre sacré de la religion juive, première religion monothéiste de l’histoire.

  • Pendant le Vème siècle avant JC – Périclès = Périclès est un stratège à Athènes. Il dirige la cité alors que la démocratie est à son apogée. Il embellit l’Acropole (Parthénon), ce qui témoigne de la richesse et de la puissance de la ville.

  • Entre le IIe siècle avant JC et le IIe siècle après JC – La Chine des Han = À son apogée, sous le règne de l’empereur Wu (140 à 87 av. J.-C.), la Chine des Han connaît une brillante civilisation. La Route de la soie permet un commerce régulier entre Rome et la Chine à partir du IIe siècle av. J.-C.

  • Entre le Ier siècle et le  IVe siècle –  Naissance du christianisme = Religion née en Palestine qui s’appuie sur l’enseignement de Jésus Christ(rapporté par les Évangiles).

  • Aux Ier et IIème siècle – Paix romaine = Période de paix et de prospérité que connaît l’Empire romain. Il s’étend tout autour de la Mer Méditerranée. Dans les régions conquises, les Romains ont répandu leur civilisation (latin, monuments, …).

     Un quiz pour t’exercer et te préparer au DNB :

 

  • Signification des repères de 5ème :

  • En 622, Hégire et début de l’ère musulman = Mahomet, prophète en Arabie d’une nouvelle religion monothéiste : l’islam. 622 correspond à l’Hégire : c’est le départ de la Mecque que Mahomet fuit car l’islam n’est pas accepté. C’est donc le début du calendrier musulman.

  • Le 25 décembre 800, Charlemagne qui est roi des Francs est sacré empereur à Rome (comme successeur des empereurs romains).

  • En 987, c’est le couronnement et le sacre d’Hugues CapetHugues Capet est choisi par les grands seigneurs pour succéder au dernier roi carolingien. Le nouveau roi capétien  a peu d’autorité, mais il bénéficie du prestige du sacre.

  • En 1054, c’est le schisme = excommunication mutuelle du pape et du patriarche de Constantinople

  • De 1096 à 1099 se déroule la Première croisade Les chevaliers catholiques partent combattre les musulmans en Orient après un appel du pape Urbain II. Ils prennent Jérusalem en 1099.

  • 1204, date du sac de Constantinople = commis par les croisés, il marque la rupture définitive entre chrétientés occidentale et orientale

  • 1214, date de la Bataille de Bouvines =  Le roi d’Angleterre Jean sans Terre monte une vaste coalition contre son rival français Philippe Auguste. Otton IV, à la tête du Saint Empire romain germanique, ordonne ainsi à ses troupes d’éliminer le souverain. Mais grâce à la bravoure de ses chevaliers, Philippe Auguste sauve sa vie en même temps que le royaume de France à la bataille de Bouvines.

  • De 1337 à 1453, la Guerre de Cent Ans = En 1337, le roi d’Angleterre, qui est très puissant, revendique le royaume de France. C’est le début d’un long conflit, la guerre de Cent Ans. Finalement, Charles VII achève de chasser les Anglais hors de France en 1453.

  • En 1453 a lieu la Prise de Constantinople  ( Fin de l’Empire byzantin ) La prise de Constantinople par les Turcs en 1453 marque la fin de l’Empire Byzantin qui pendant mille ans a prolongé l’Empire romain de l’Antiquité.

  • En 1492, c’est le premier voyage de Christophe Colomb =  Christophe Colomb pense avoir découvert les Indes en Asie en passant par l’Océan Atlantique alors qu’il découvre l’Amérique, un continent alors inconnu.

  • En 1517, Luther expose ses 95 thèsesDès la fin du Moyen Age , l’autorité de l’Eglise est contestée. Au XVI e siècle, un moine allemand, Martin Luther fonde la Réforme protestante qui n’obéit plus au Pape. Jean Calvin diffuse le protestantisme en France.

  • En 1598, c’est l’Edit de Nantes =  Le roi de France Henri IV met fin aux guerres de religion entre catholiques et protestants. Ce texte autorise la pratique de la religion protestante en France. C’est un acte de tolérance religieuse.

  • De 1661 à 1715 se déroule le règne personnel de Louis XIV = Il définit la monarchie absolue. Le château de Versailles est construit à l’image de sa puissance.

 

  • Signification des repères de 4ème

  • 1670 – 1750 = Essor de la Traite. Au 18è siècle, les Européens développèrent le commerce d’esclaves noirs achetés en Afrique et revendus dans les colonies américaines. On nomme ce commerce traite atlantique qui faisait partie du commerce triangulaire. Fin XVIIIe = Apogée de la Traite
  • Dernier Tiers du XVIIIe = Début de la Révolution industrielle en Angleterre. Mise au point par James Watt au milieu du 18è s, la machine à vapeur multiplie la puissance disponible. Elle permet la naissance de la grande industrie et révolutionne les transports (chemin de fer, bateaux à vapeur) et le commerce.
  • 1751 – 1772 – L’Encyclopédie = Elle est écrite sous la direction de Diderot et d’Alembert. C’est la somme des connaissances de l’époque tout en critiquant l’absolutisme. C’est un moyen de diffusion des idées des Lumières.
  • 1789-1799 = Révolution française. Des bouleversements amènent la disparition de l’Ancien Régime :

14 juillet 1789 = Prise de la Bastille Les Parisiens s’emparent de la prison de la Bastille. Cela marque le début de la Révolution française qui annonce la fin de la monarchie absolue.
Août 1789 = Déclaration des droits de l’homme et du citoyen Adoptée par l’Assemblée nationale, elle pose les principes d’une société fondée sur l’égalité, les libertés et la souveraineté nationale. Il est inspiré des Lumières.
septembre 1792  = Proclamation de la République en France Le régime est proclamé alors que la France est en guerre contre des monarchies d’Europe et qui va renverser le roi.

 

  • 1799-1815 = S’étant emparé du pouvoir par un coup d’état, Napoléon Bonaparte gouverne la France d’abord comme Premier consul (1799-1804), puis comme empereur (1804 – 1815). Il met en place des réformes (Code civil de 1804) et mène de nombreuses guerres sur le continent européen  1804 = Napoléon Ier, empereur Napoléon se fait sacrer  » empereur des Français  » à Paris. Il gouverne en monarque absolu.
  • 1848-1852 = Seconde République Régime qui naît après une révolution. 2 mesures marquent ce régime :
    1848 = l’abolition de l’esclavage (par V Schoelcher) et l’établissement du suffrage universel masculin (pour les citoyens de plus de 21 ans).
  • 1848 = « Le Printemps des peuples ».  Des peuples européens se révoltent pour de nouvelles libertés et l’unité des nations. Ces révolutions restent souvent sans lendemain, mais l’Italie et l’Allemagne font leur unité.

 

  • 1870-1940 = Troisième République Le plus long régime connu par la France depuis 1789. Proclamée à la suite de la défaite militaire de Napoléon III à Sedan, elle s’effondre après la défaite face à l’Allemagne nazie en 1940.
  • Années 1870 = Début de la Seconde Révolution industrielle. Période historique située entre la seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle (1870-1945) où l’Europe, les États-Unis et le Japon connurent un important développement de l’automobile et de la chimie grâce à l’utilisation axée du pétrole et de l’électricité. La Seconde Révolution industrielle est caractérisée par l’essor de l’électricité, du pétrole, de la mécanique et de la chimie.
  • 1870 – 1914 = Seconde mondialisation et relance de la colonisation. Période de l’aboutissement du processus de colonisation, de la domination des Européens sur de vastes régions du monde, ainsi que du fonctionnement des sociétés coloniales. 
  • 1882 = Lois scolaires Ferry Jules Ferry fait voter des lois qui rendent l’école laïque, gratuite et obligatoire de 6 à 13 ans.   Elle doit apprendre les droits et devoirs des futurs citoyens, permettre l’ascension sociale et la diffusion du progrès
  • 1894-1906 = Affaire Dreyfus. Elle débute par la condamnation, à tort, pour espionnage d’un officier français juif, le capitaine Dreyfus. Elle divise les Français entre des dreyfusards qui dénoncent une injustice fondée sur l’antisémitisme et les anti-dreyfusards, nationalistes et xénophobes. Le capitaine Dreyfus est finalement réhabilité par la République
  • 1900 = Exposition universelle de Paris. Inaugurée sous la présidence d’Emile Loubet, elle a permis à la France d’offrir aux visiteurs des attractions somptueuses et un faste à la hauteur de la puissance économique du pays.
  • 1905 = Loi de séparation de l’Église et de l’État. Cette loi fait de la République un Etat laïc qui garantit la liberté des cultes mais n’en finance aucun. Elle est toujours en vigueur : elle assure la neutralité de l’Etat face aux religions qui relèvent de la vie 

 

Citoyen français et européen.

  • Un citoyen

    est un individu, homme ou femme, âgé de plus de 18 ans, qui possède des droits et des devoirs, qui participe directement ou indirectement aux affaires publiques (en élisant
    régulièrement ses représentants à qui il délègue le pouvoir, ou en se présentant à une élection comme candidat – éligibilité).

  • Pour être citoyen français, il faut avoir la nationalité française.

 

La nationalité française

  • Il existe cinq moyens pour obtenir la nationalité française :

 

*si l’un des deux parents est de nationalité française (= le droit du sang, ou filiation),
*si l’on est né en France et que l’un des deux parents est français (= le droit du sol),
*si l’on est étranger, à partir de 18 ans (conditions : être né en France et y avoir résidé au moins 5 ans),
*si l’on est étranger, par naturalisation (= faire une demande officielle aux autorités françaises),
*si l’on est étranger, par mariage (avec une personne de nationalité française).

Droits et devoirs du citoyen français.

  • Les principaux droits du citoyen français :

*le droit de vote et d’éligibilité
*les droits civils (liberté de circulation, protection de la vie privée…),
*les droits sociaux (accès à l’instruction, à la santé, à des minima sociaux…),
*la saisine du Conseil constitutionnel (à propos d’une loi)

 

  • Les principaux devoirs du citoyen français :

*connaître la Loi et la respecter,
*voter (2 conditions : avoir plus de 18 ans et être inscrit sur les listes électorales),
*participer au budget de l’État (en payant ses impôts),
*l’obligation de recensement (entre 16 et 18 ans), d’effectuer sa JAPD et, en cas de guerre, l’obligation de défense,
*faire preuve de civisme

La citoyenneté européenne.

  • La citoyenneté européenne s’ajoute à la citoyenneté française (article 8 du traité de Maastricht).

  • Les droits et les devoirs du citoyen européen s’ajoutent à ceux du citoyen français :

*droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales et aux élections du Parlement européen
(pour le citoyen installé dans un des pays de l’Union autre que le sien),
*adresser une pétition au Parlement européen,
*avoir recours au médiateur européen,
*bénéficier à l’étranger de l’aide de n’importe quelle ambassade d’un des pays de l’Union européenne.

Les aires urbaine en France

 

 

La ville-centre.

C’est la commune centrale d’une agglomération, elle lui a donné naissance. Aussi, son poids relatif dans l’aire urbaine est variable. Toutefois, il ne faut pas la confondre avec le centre-ville (downtown) qui désigne le noyau central (en général le cœur historique ou le centre décisionnel) de la ville. http://geoconfluences.ens-lyon.fr

La ville-centre connait un processus de gentrification. En effet, on observe la réhabilitation de certains quartiers urbains et le remplacement de leur population par des catégorie sociales plus aisées. Dès lors, les nouveaux résidents restaurent l’habitat et rehausse le niveau de vie.  De plus, ils font pression sur les pouvoirs publics pour l’amélioration du quartier (moins de bruit, davantage de sécurité, destructions de logements populaires  etc.). Par conséquent, l’augmentation des prix du foncier chasse alors les classes inférieures vers des quartiers périurbains, excentrés et souvent mal desservis par les réseaux de transport. Et cela aboutit à une discrimination des classes sociales les moins riches (on parle également de ségrégation sociale).

 

 

L’exemple de la ville-centre de Rennes.

(Visites ses quartiers)

 

La Banlieue.

C’est l’ensemble des communes entourant une grande ville.

En fait, le terme provient de la juxtaposition des termes ban (interdiction et juridiction) et lieue. Il  s’agissait du territoire d’une lieue de distance autour d’une ville sur lequel s’exerçait le ban. Autrefois, la banlieue renvoyait donc à des idées de soumission et d’exclusion.

Aujourd’hui, selon la proximité de la ville,   on   distingue   la   proche   banlieue   (communes   limitrophes   de   la   ville centre   = 1ère couronne) et la banlieue lointaine(auréole de communes périphériques = 2ème couronne)

 

 

La couronne périurbaine.

C’est l’ensemble des communes de l’aire urbaine à l’exclusion de son pôle urbain.  De plus, ce sont des communes ou unités urbaines, dont au moins 40 % des actifs résidents travaillent dans le pôle ou dans les communes attirées par celui-ci. https://www.insee.fr/fr

Donc les migrations pendulaires sont importantes. En effet, les allers-retours quotidiens effectués par un individu entre son domicile et son lieu de travail.

Enfin, les formes d’habitat y sont diversifiées. On y trouve, des collectifs populaires, voire affectés à des populations délaissées ; des lotissements pavillonnaires pour des catégories sociales de condition variée ; des espaces résidentiels des populations aisées, jusqu’au cas limite des quartiers ou îlots clôturés (gated communities). Le périurbain accueille aussi bon nombre d’activités, résultat du desserrement urbain ou d’implantations ex-nihilo : surfaces commerciales, centres de recherche, zones d’activités diverses. Enfin, les espaces « vides » y sont bien présents. http://geoconfluences.ens-lyon.fr

 

 

 

Retour à la page d’accueil du blog.

L’étalement urbain

Définir l’étalement urbain.

L’accroissement démographique des grandes aires urbaines s’accompagne de phénomènes d’étalement des cités sur les espaces périphériques, phénomènes favorisés par la mise à disposition de systèmes de transport individuels ou collectifs.  L’étalement produit des formes urbaines plus éparpillées sous forme de mitage des espaces périphériques à la ville. On parlera aussi, selon les cas, de périurbanisation (urbanisation continue aux franges des agglomérations), de rurbanisation (processus d’urbanisation rampante de l’espace rural par imbrication des zones urbanisées périphériques et des noyaux de l’habitat rural initial, sans tissu urbain continu), de suburbanisation (développement continu de l’espace autour des villes), etc. http://geoconfluences.ens-lyon.fr

 

 

Rennes compte se serrer la ceinture verte pour protéger ses champs.

Rennes fait aujourd’hui figure d’exception. En effet, Là où les grandes villes sont encerclées par des banlieues dortoir, elle possède depuis toujours une ceinture verte faite d’espaces naturels et de champs, une véritable « ville archipel ». Ainsi c’est une richesse qu’il faut maintenir pour protéger l’agriculture, en empêchant le grignotage des terre agricoles utiles. Le développement des lotissements pavillonnaires dans les années 80 a été terrible, mais aujourd’hui, un habitant consomme quatre fois moins de foncier qu’il y a vingt ans.

Des communes très attractives

Le maires ont dû réduire les parcelles de terrain et  privilégier des formes urbaines moins gourmandes.  Ainsi sur certaines communes périurbaines rennaises la moyenne des parcelles attribuées peut  être de 350 mètres carrés pour une maison individuelle. Par exemple, Gévezé, commune très attractive au nord de Rennes, comme tout le territoire de la métropole, a dû construire 1.000 logements de 2005 à 2014.  Toutefois,  l’inconvénient pour la commune, c’est que le foncier est plus cher que dans une zone agricole vierge.

Les agriculteurs encerclés

Enfin pour les agriculteurs, la situation est parfois difficile à tenir. Beaucoup d’éleveurs perdent petit à petit les hectares dont ils disposaient. Et bien qu’ils aient une compensation financière, il aimeraient continuer à travailler sur des terres, ailleurs. A présent, Rennes Métropole compte plus de 750 exploitations agricoles sur son territoire, ce qui fait vivre environ 7.000 personnes. Un trésor à préserver. http://www.20minutes.fr

 

 

 

Continuer sur le blog 

Russie et révolutions de 1917

En 1917, les deux révolutions  en Russie, vont changer la face du monde.

Révolution de Février 1917

Tout d’abord, en Russie, la révolution commence en février. De puissantes manifestations populaires dans la ville de Petrograd entraînent l’abdication du tsar Nicolas II. En effet, le peuple réclament notamment du « Pain, la Paix et la Démocratie ». En conséquence, la dynastie des Romanov est éliminée et un gouvernement provisoire prend le pouvoir. Dès lors, il poursuit la guerre et instaure des élections pour la création d’une Assemblée Constituante.

Révolution d’Octobre 1917

Ensuite, en Octobre 1917, les Bolcheviks, menés par Trostki et par Lénine rentré d’exil, prennent le pouvoir par un coup d’Etat. C’est à dire, Ils prennent d’assaut le palais d’Hiver à Pétrograd, siège du gouvernement provisoire. En conséquence, Lénine décide de signer la paix avec l’Allemagne (traité de Brest-Litovsk, mars 1918).

Lénine

Lénine  de son vrai nom Vladimir Ilitch Oulianov, est un dirigeant politique russe. Il est né à Oulianovsk le 22 avril 1870 et mort à Gorki Leninskie le 21 janvier 1924. Il appartient au mouvement politique communiste qui reprend les idées de Karl Marx. Notamment, il a participé à la révolution bolchevique (1917), mettant ainsi définitivement fin au régime tsariste. Il est le fondateur du Parti communiste soviétique, qu’il a dirigé de 1912 jusqu’en 1922. En plus, il a été le dirigeant de l’URSS du 6 juillet 1923 jusqu’à sa mort, le 21 janvier 1924. Son successeur est Joseph Staline.

La révolution russe, un retentissement mondial.

Premièrement, en Russie, une guerre civile éclate dès les premières mesures de Lénine. D’un côté les Blancs, partisans d’un pouvoir autocratique et de l’ordre ancien. D’un autre côté, les Rouges, les Communistes, qui sortiront victorieux en 1921, notamment grâce à l’organisation de l’Armée Rouge par Trotski. Ensuite, en Europe, une vague révolutionnaire se diffuse après la Première Guerre mondiale. En effet, la plupart des pays européens sortent très affaiblis du conflit. Notamment, les grèves massives se multiplient. En Allemagne et en Hongrie, les communistes tentent des coups d’Etat mais échouent. Enfin, au sortir de la guerre seule la Russie est communiste. Toutefois, l’URSS fondée en 1922 va devenir une puissance majeure du XXe siècle, jusqu’à son effondrement en 1991. Avec la IIIe Internationale, elle incite d’ailleurs à la Révolution mondiale.

 

Mathurin Meheut, Un artiste combattant.

Mathurin Méheut

Il est né le 21 mai 1882 à Lamballe où son père était artisan. Dès sa jeunesse, il montre des talents artistiques. Ensuite, sa carrière débute à la station de biologie marine de Roscoff. Mais l1er août 1914, jour de la mobilisation générale, Méheut se trouve au Japon. En effet, un tour du monde lui a été offert.  Donc, il est rappelé en hâte. Le sergent Mathurin Méheut rallie le front près d’Arras, le 5 octobre 1914. Et, il ne sera démobilisé qu’en février 1919.

Un réel témoignage.

Dès 1914, il participe en première ligne aux violents combats de la guerre de tranchées. En plus, quotidiennement, il fait des croquis, peint des gouaches et des aquarelles. Il s’attache aux détails avec une profonde pudeur. Et, il témoigne d’une rare précision sur la vie quotidienne du front. En fait, ce dessinateur et illustrateur est un véritable « reporter de guerre ». Notamment, Mathurin Méheut  fut obligé d’assister à une exécution, écrit à sa femme, Marguerite : « Chose terrible, atroce, l’exécution d’un poilu du régiment qui s’était débiné au moment d’une attaque. Quel affreux moment. Je ne puis, même actuellement, rien te dire. Cela est tellement impressionnant devant le régiment ! ». Enfin, en 1916, ses talents de dessinateur et d’observateur le conduisent au Service Topographique de l’armée à Sainte-Ménehoud dans la Marne.

 

Près d’un millier de lettres.

Pendant quatre ans, Méheut écrira fréquemment à sa femme. Ainsi, chaque soldat envoie une à deux lettres par jour à sa famille en période calme. Mais l’originalité de ses lettres réside dans leurs illustrations. En effet, dit-il «écrire est une chose terrible, ça ne va pas assez vite».

En conclusion…  il n’adhère à aucun grand mouvement de l’époque.

Rendu à la vie civile en 1919, Méheut réalise encore quelques estampes. Puis, il cesse de peindre la guerre pour se consacrer à sa carrière. Méheut n’est pas un artiste engagé comme Otto Dix. Mais son travail, est une source incomparable, pour avoir une idée de la Grande guerre.

 

 

 

L’armistice du 11 novembre 1918 et le traité de Versailles du 28 juin 1919.

L’armistice du 11 novembre 1918.

A Retondes, en forêt de Compiègne, l’armistice est signé le 11 novembre 1918. C’est donc l’arrêt provisoire des hostilités entre la France et l’Allemagne. L’envahisseur allemand est vaincu. Mais cette date ne marque pas tout à fait la fin de la guerre. L’expérience de guerre se prolonge des mois après cette date un peu partout en Europe.

 

Le traité de Versailles du 28 juin 1919.

La paix reste à établir. Après de longs mois de discussions, le traité de Versailles est signé le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château. Dès lors la guerre est officiellement terminée. Alors, la France récupère l’Alsace et la Lorraine perdues en 1871. L’Allemagne est reconnue seule responsable du conflit et doit payer des réparations colossales à la France. Enfin, la France occupe la Ruhr à partir de 1923. Cette paix est vécue comme une condamnation excessive côté allemand. Aussi le peuple allemand parle de « diktat », une paix qui a été imposée. L’opinion publique allemande ne comprend pas cet acharnement, notamment la démilitarisation de la rive gauche du Rhin. ( Clique sur l’image ci-dessous)

2 anecdotes.

C’est finalement dans le wagon-restaurant français que l’Armistice fut signé. Après la guerre il a été transformé en musée. Enfin, il fut détruit par des bombardements en 1945 à Berlin, où Hitler l’avait fait amener en 1940. Une réplique a cependant été réalisée.

Cinq gueules cassées ont assisté à la signature du traité de paix qui mit fin à la Grande guerre. C’est donc ces Cinq Français mutilés qui ont été conviés à la clôture d’un conflit qui a brisé leur vie et celles de millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Au moment de signer, chaque dirigeant a pu croiser le visage de ces hommes portant les cicatrices de la violence militaire.

Georges Clemenceau, le « Père la victoire ».

Il est revenu à la tête du gouvernement de la France en novembre 1917. Mais le pays est fatigué et son peuple est devenu défaitiste par lassitude. A la fin, il impose son autorité, à l’armée comme au pays.  Lors du Traité de Versailles, le« Père la Victoire »  organise la cérémonie  dans la Galerie des glaces.  C’est lui qui fait placer les poilus au premier rang. ( Clique sur l’image ci-dessous )